La Compagnie

La compagnie a été créée en 2005, sous l’impulsion de plusieurs élèves de l’École Charles Dullin, dont Delphine Lucas, Amélie Dumetz et Stéphane Hervé, qui en est devenu le directeur artistique.

La ligne directrice c’est l’humour, la fantaisie, le décalage sous toutes ses formes, des comédies contemporaines, accessibles et de qualité, donc populaires :

Le cabaret des p’tites matrones de Delphine Lucas et Audrey Valéry en 2006 (Aurillac OFF 2007, 2008 et Festival de La Rochelle 2009), Les sept jours de Simon Labrosse de Carole Fréchette en 2008 (Avignon OFF), tournée en 2009/2010 et reprise en 2011 (Manufacture des abbesses), Il est juif, Adamo ? de Stéphane Hervé, créé en 2010 au Théâtre des deux rivières (Lanester) et repris au Théâtre du Bout, à Paris. Notre nouvelle création, L’héroïsme au temps de la grippe aviaire, sera présentée en Avignon cet été (8 au 28 juillet, Théâtre Présence Pasteur) et nous travaillons actuellement à la production de la nouvelle pièce écrite par Stéphane Hervé, Fuite nuptiale (titre provisoire), créée sur la saison 2013/2014…

Des sources d’inspiration aussi diverses que les Monty Python, Billy Wilder, Bacri Jaoui, Neil Simon, Alan Ayckbourn, Alan Bennett, Les nuls, le théâtre belge. Des artistes qui choisissent l’humour pour faire passer leur message. Le décalage et la légèreté pour viser juste, pour réfléchir autrement. Avec l’œil qui frise. La fraîcheur et l’humour pour traiter de sujets parfois sensibles.

Dans nos spectacles, le 4ème mur n’existe pas toujours, les acteurs s’adressent au spectateur de manière à lui permettre d’oublier qu’il est dans un théâtre ; il fait partie intégrante du spectacle, il doit y être impliqué, se sentir complice de notre fantaisie, de nos contes décalés. Au présent.

Avec une scénographie simple et astucieuse, ce sont les ruptures de ton, le rythme et l’enthousiasme des interprètes qui transmettent l’émotion. Quant aux décors, les acteurs se chargent de les signifier avec quelques accessoires, le plus souvent détournés de leur usage premier.

Cette jeune compagnie drôlement utile, propose un théâtre inscrit dans notre quotidien, soucieux de pointer nos petits défauts. Elle se sert du décalage humoristique pour laisser une empreinte dans nos cortex. Y parvient avec fantaisie. On en garde une trace bien présente et bien douce.
Claire Néel « Les trois coups »

En plus de son activité de création et de production de spectacles, des ils et des elles propose le Théâtre Outil : des actions de formation ou du théâtre d’entreprise «drôlement utiles», animés par les artistes de la compagnie, qui souhaitent proposer un théâtre utile, ouvert aux autres et toujours sur mesure.